We are sorry


An english version of the blog will be available soon. All of our posts are currently written and available only in french. Would you like to visit the french page of the blog ?

Partager cet article




Subaru Legacy II : éclipsée par l'Impreza

PAUL CLÉMENT-COLLIN - 4 sept. 2018

Ce qui caractérise la Subaru Legacy II, parue en octobre 1993 au Japon, et en 1994 en Europe ou aux USA, c’est son extrême discrétion qui la ferait passer pour une Ford Mondeo encore plus discrète : en bref, une voiture tellement passe-partout qu’elle en devient très « Boîtier Rouge ». Sous sa robe dessinée par un français, Olivier Boulay, se cachent les caractéristiques techniques originales de toute Sub’ qui se respecte : un Boxer, 4 roues motrices et parfois même un turbo pour transformer la paisible berline (ou break) en avion de chasse.

Les dessins d’Olivier Boulay sont fidèles à la réalité : une berline sage

On pourrait appeler cela la « malédiction Subaru » : rien n’y fait, depuis l’apparition de l’Impreza et de ses déclinaisons sportives, toutes les tentatives de la marque japonaise pour sortir du lot en Europe restèrent vaines. Les victoires en rallye de l’Impreza, et sa version civile GT Turbo (lire aussi : Impreza GT Turbo) éclipsèrent toute velléité de se distinguer avec d’autres modèles. Le coupé SVX restera dans l’anonymat le plus complet malgré son design futuriste (lire aussi : Subaru SVX) tandis que la Vanille, malgré un concept et un look sympa, ne fera que de la figuration (lire aussi : Subaru Vanille). Idem pour cette Legacy II pourtant pétrie de qualités mais totalement oubliée aujourd’hui comme à l’époque, du moins en France.

La relative discrétion dans l’hexagone de la grande berline de Subaru ne doit cependant pas éclipser son succès à l’international : avec 961 825 exemplaires produits entre 1993 et 1998, la Legacy II n’est pas exactement ce qu’on appelle un bide (c’est même la plus produite de toutes les générations de Legacy), séduisant en particulier les américains, mais voilà, en France, on n’avait d’yeux que pour l’Impreza, rêvant même parfois d’importer à titre isolé la fameuse 22B STI (lire aussi : Impreza 22B STI). Dommage, car beaucoup sont passés à côté d’une excellente voiture.

Subaru et Boulay était parti d’une idée simple : ce créneau de la berline familiale imposait, pour réussir notamment aux Etats-Unis, un design d’une très grande sobriété, surtout pas tape à l’œil. C’était d’ailleurs la tendance de beaucoup de constructeurs considérant ce marché comme extrêmement conservateur. La Ford Mondeo, lancée elle aussi en 1993, en était l’exemple le plus frappant : la neutralité du design permettait, croyait-on, d’offrir une voiture mondiale, plaisante sur tous les marchés. Mais si cette neutralité était une force à l’international, cela devenait un handicap en France, avec un réseau très limité, et une sœur (l’Impreza) un peu trop envahissante, vampirisant les ventes grâce à son prix d’attaque et à son image de reine des rallyes à partir de 1995. Contrairement à la génération précédente, la Legacy n’eut pas droit à son dérivé de compétition. Cela ne lui enlevait pas pour autant ses qualités, encore fallait-il le savoir.

En France, la Legacy II n’était proposée qu’avec des motorisations sages, ce qui, en comparaison de l’Impreza GT Turbo et de son prix d’attaque, la rangeait dans la catégorie des berlines pépères… Avec ses boxer 2 litres, 2.2 ou 2.5, le panel de puissance allait de 115 à 150 chevaux : des puissances respectables à l’époque, mais pas aussi enthousiasmantes que les versions japonaises GT, GT-B ou RS proposant un double turbo sur le 2.5, faisant passer la cavalerie à 250 chevaux, voire même 276 !

Surtout, ces versions « sportives », parfois déclinées en break, perdaient alors un peu de leur discrétion pour arborer des jupes plus enveloppantes, des couleurs plus voyantes, pour s’encanailler un peu. Las, ces versions ne seront jamais adaptées à la France, et à l’Europe en général, à cause de la conduite à gauche : Subaru, pour quelques exemplaires supplémentaires, ne pensait pas – à juste titre sans doute – que la lourde modification que cela impliquait puisse être rentable. On en trouve cependant en Angleterre, où l’on a toujours apprécié les choses originales.

En tout cas, une chose est sûre : même les versions non-sportives importées en France ont leur intérêt. Certains apprécieront même les versions SUVisées dénommées Outback. Une rapide recherche sur Le Coin Coin national permet de voir qu’une Legacy, aujourd’hui (septembre 2018) se négocie bien en dessous des 5000 euros fatidiques, voire même très très en dessous. On trouve même une version Twin Turbo … en RHD, évidemment !


Autos similaires en vente

187 000 km

1992 PEUGEOT 205 cti Cabriolet

14 900 €
187 000 km

Petite annonce d’un professionnel. CarJager n’intervient pas dans la vente de cette auto

251 987 km

1996 JAGUAR Xjs 4.0 Célébration

27 900 €
251 987 km

Cette auto est mise en vente exclusivement par CarJager

Un spécialiste vous accompagne et vous apporte toutes les garanties nécessaires pour son achat

Possibilité de livraison, financement et immatriculation

124 000 km

2005 JAGUAR Xkr Supercharged

29 900 €
124 000 km

Petite annonce d’un professionnel. CarJager n’intervient pas dans la vente de cette auto

Voir toutes les annonces

Dites-nous ce que vous en pensez


Il n'y a aucun commentaire pour cet article