We are sorry


An english version of the blog will be available soon. All of our posts are currently writtent and available only in french. Would you like to visit the french page of the blog ?

Partager cet article




Retour

Honda Civic : la voiture citoyenne

PAUL CLÉMENT-COLLIN - 5 juin 2020

Honda est aujourd’hui une marque reconnue, une marque “d’ingénieurs” et le péril jaune que représentaient les constructeurs japonais à une certaine époque n’existe plus vraiment. En 1972 en revanche, il en allait tout autrement. Rappelez-vous qu’à cette date, Honda ne s’était mis à l’automobile qu’il y a peu, tout juste une décennie. Cette année-là donc, Honda entrait enfin dans l’automobile en lançant un pavé dans la mare : son “petit” nom ? La Honda Civic, première de cordée d’une longue série qui perdure encore aujourd’hui.

Lorsque Honda se lance dans l’automobile au début des années 60, la marque est surtout connue pour ses motocyclettes. L’idée de départ de Soïchiro Honda n’est pas, comme les autres marques nipponnes, de motoriser l’archipel mais plutôt d’offrir des produits différents et pour tout dire décalés, mettant en avant les qualités d’ingénierie de la jeune marque. Ainsi, Honda va se lancer dans le grand bain de l’automobile avec la S500, puis ses soeurs S600 et S800. Ces adorables petits cabriolets sont la vision japonaise du roadster anglais mais restent cantonnés à une clientèle iconoclaste, surtout à l’étranger. Pas de quoi remuer le landerneau automobile comme le fera plus tard Mazda avec la MX5. La qualité des S-Series est reconnue par les spécialistes, mais inconnue du grand public qui ne daigne même pas jeter un oeil à ces exotiques japonaises.

Une jeune marque automobile

Certes, dès 1964 la marque se lance dans la Formule 1 avec un certain succès puisqu’elle remporte son premier grand prix en 1965 à Mexico, mais là encore, c’est une affaire de spécialistes. En 1967, Honda décide alors de se lancer dans la production d’une citadine, la N360, respectant la législation japonaise des K-cars. Idéal pour conquérir l’archipel, mais difficile d’aller conquérir le monde avec une si petite voiture dotée de bicylindres. La Z (Z360 et Z600), lancée en 1970, est dans la même veine et ne peut absolument pas prétendre conquérir la planète.

Tout en restant persuadé qu’une citadine reste le meilleur moyen de pénétrer un marché, Soïchiro Honda décide de changer de braquet en lançant une véritable voiture mondiale, taillée pour tous les pays. Adieu donc les K-cars bicylindres, place à une vraie citadine moderne, mais pas seulement : il s’agit aussi de proposer une voiture citoyenne (d’où son nom, Civic), bon marché, fiable, sécurisante et polluant le moins possible ! Enfin, la voiture doit être à la pointe de la modernité, afin de porter haut et fort le blason Honda de par le monde !

La voiture mondiale et citoyenne

C’est ainsi que les équipes d’ingénieurs de chez Honda accouchent de la Civic en 1972. Il s’agit donc d’une petite citadine disponible en 2 ou 4 portes (sans malle de coffre, les vraies 3 et 5 portes n’arrivant que plus tard) au look plutôt craquant. Certes, rien de révolutionnaire dans ces lignes rondouillardes mais suffisamment pour susciter la sympathie, à l’instar de notre Renault 5 nationale lancée la même année. Traction, la Civic propose sous son capot avant un 4 cylindres EB1, tout alu et à arbre à cames en tête de 1 169 cc. Placé en position transversale, il délivre 60 chevaux et s’avère d’une fiabilité à toute épreuve. Mieux, il s’avère rageur haut dans les tours, et pour tout dire très plaisant, d’autant que la petite Civic est légère (690 kg).

En outre, avec sa suspension indépendante aux quatre roues et son système McPherson, la petite nippone offre un comportement et une tenue de route exemplaires. Enfin, si le moteur est fiable, la voiture l’est aussi dans son ensemble tant le soin apporté à sa fabrication est parfait. Avec une telle voiture, difficile de faire la fine bouche ou de la regarder en se pinçant le nez : avec la Civic, Honda marque un grand coup et prouve au monde qu’une marque peut faire aussi bien voire mieux que les constructeurs traditionnels. Elle sera d’ailleurs rapidement exportée vers l’Europe mais aussi les États-Unis. Sur le vieux continent, son succès est tout juste correct. Non pas qu’elle soit boudée, mais la concurrence sur le marché des citadines s’avère rude : Autobianchi A112Innocenti Nuova MiniAustin MiniPeugeot 104, Renault 5 et j’en passe, autant de voitures capables de séduire plus sûrement que cette japonaise inconnue. Environ 10 000 exemplaires seulement trouveront preneurs jusqu’en 1979 en France par exemple.

Carton américain

En revanche, la Civic est un véritable carton aux USA. Malgré la domination des “grosses voitures” à l’américaine, une certaine clientèle existe pour ce type de véhicule, surtout avec la crise pétrolière de 1973 bousculant (un peu) les habitudes. En outre, les Américains, plus pragmatiques, n’hésitent jamais à acheter un produit s’il est meilleur, fut-il japonais, d’autant plus que sur ce marché, les constructeurs américains s’avèrent plutôt mauvais. Voiture de jeunes, la Civic y trouve rapidement son public, sortant le nom de Honda de la pénombre où il restait bloqué depuis 1963.

Rapidement, d’autres motorisations sont proposées, comme un 1 238 cc de 63 chevaux, un 1 335 cc de 68 chevaux voire même un 1 488 de 75 chevaux, selon les marchés. Au total, entre 1972 et 1979, la Civic se vendra à 1 186 194 exemplaires. Pas mal pour un coup d’essai que l’on pourrait considérer comme un coup de maître, même. Aujourd’hui, les Civic de première génération se font rares sur nos routes : comme beaucoup de citadines, de nombreux exemplaires partiront dans les primes à la casse successives, la transformant en Graal pour l’amateur d’exotisme. Une chose est sûre : si vous dégotez la perle rare, elle se transformera en adorable “daily” tant sa fiabilité permet de rouler tous les jours en ancienne.<.htmlp>

Dites-nous ce que vous en pensez


Il n'y a aucun commentaire pour cet article