We are sorry


An english version of the blog will be available soon. All of our posts are currently writtent and available only in french. Would you like to visit the french page of the blog ?

Partager cet article




YOUNGTIMERS

Jaguar XJ6 Série 3 "Greatest Hits" 1984 : lubie de star

PAUL CLÉMENT-COLLIN - 6 mars 2018

Ce que j’aime avec les anglais, c’est qu’ils savent être à la fois les gardiens de la tradition et totalement iconoclastes. Avec eux, pas de tabous, surtout en matière d’automobile, et chez Jaguar, pourtant synonyme du bon goût britanniques, on n’hésite plus à préserver ou faire revivre le patrimoine à l’identique (lire aussi : Jaguar XKSS 2017) tout en jouant avec les codes, le passé, et la surprise, comme l’avait fait Ian Callum avec sa Mk2 revisitée il y a 4 ans (lire aussi : Jaguar Mk2 2014 Callum). Cette fois-ci, la marque britannique s’est saisie d’une commande très spéciale de Nicko McBrain (qui n’a rien à voir avec notre Niko à nous), le batteur d’Iron Maiden, pour commencer les festivités des 50 ans de la Jaguar XJ (lire aussi : Jaguar XJ6).

Ce qu’il y a de bien quand on a du pognon et qu’on est célèbre, c’est que tout à coup les demandes les plus folles deviennent réalisables. Aussi, quand l’ami Nicko s’est mis en tête de s’offrir une Jaguar XJ Série 3 à la mesure de ses rêves, il lui a suffit de toquer à la porte de chez JLR Classic Works et de sortir son chéquier. Si ça se trouve, l’occasion faisant le larron, JLR a sans doute accepté une ristourne pour pouvoir se servir de cette commande pour faire le show à Genève aux côté du nouveau SUV électrique i-Pace, et pour entamer une année anniversaire pour la XJ née en 1968.

Bon, pour Nicko McBrain, il n’était pas question de s’attaquer à une version initiale de la voiture. Son rêve, c’était bien la série 3 née en 1979, et redessinée par Pininfarina. Celle qui servira à assouvir ses délires les plus fous sera donc une S3 de 1984. Son petit nom, une fois passées entre les mains expertes de JLR Classic Works : la Greatest Hits (on est musicos ou on l’est pas!). Au total, 3500 heures de travail, mais aussi le remplacement ou la conception de près de 4000 pièces auront été nécessaires.

Voyons en détail les modifications apportées à cette XJ pas banale: tout d’abord, des passages de roues élargis et reprofilés, abritant des Pirelli P Zero ; pare-chocs et bas de caisse sont eux aussi spécifiques, tandis que les portes arrières ont légèrement été modifiées ; petits emprunts à la Jaguar série 2, les poignées de portes et les rétroviseurs ; les suspensions sont revues et corrigées ; des phares usant (abusant?) des leds ; une peinture « mauve ; enfin, une finition intérieure spécifique (entre autres détails plus ou moins visibles).

Sous le capot, on retrouve le 6 cylindres en ligne de 4.2 litres mais qui, contrairement à ceux de la Série 3 qui récupéraient l’injection, celui-ci est affublée de 3 carburateurs de Type E, car l’ami Nicko préfère les carbus, il est comme ça, c’est une vedette, et c’est lui qui paie. Dont acte. Le système d’échappement à 4 sorties est spécifique, parce que Nicko, il est batteur, il veut du bruit. Dont acte (bis).

Et puis l’ami Nicko est un nostalgique : aussi, pour réaliser la Greatest Hits, les ouvriers de chez JLR Classic Works ont récupéré des éléments de son ancienne XJ6, qui avait végété dans le jardin du bassiste du groupe, Steve Harris, pendant de longues années. Ainsi, c’est la mascotte de cette première XJ qui orne la nouvelle.

Honnêtement, je ne sais pas quoi penser de cette Greatest Hit. Je ne suis pas choqué par ce tuning de riche, et je trouve ça même plutôt marrant. De là à dire que j’aime ce modèle ? Disons alors que je préférais la vision « modernisée » de la Mk2 de Ian Callum, plus extrême et de meilleur goût malgré tout. Mais je ne vais pas faire la fine bouche : je trouve ça plutôt bien que des marques comme Jaguar puissent engranger de l’argent grâce à son activité de restauration et de customisation d’anciennes. Et puis, il en faut pour tous les goût, isn’t it ?

Dites-nous ce que vous en pensez


Il n'y a aucun commentaire pour cet article