We are sorry


An english version of the blog will be available soon. All of our posts are currently written and available only in french. Would you like to visit the french page of the blog ?

Partager cet article




Mai 68 - décembre 18 : l'automobile dans la tourmente sociale

PAUL CLEMENT-COLIN - 6 déc. 2018

Tout le monde a pu voir les images étonnantes de voitures brûlées ou détruites dans Paris (notamment une Mercedes AMG GT ou une Porsche 911 991 S Cabriolet, vidéos en fin d’article) lors des manifestations menées par les gilets jaunes. A l’inverse, chacun a pu se féliciter de voir cette Citroën DS (en fait sans doute une Dsuper) préservée aux alentours de Saint-Augustin. Sur les réseaux sociaux, beaucoup d’amateurs de voitures se sont offusqués ou félicités selon les cas : une voiture vandalisée fait toujours mal au cœur tandis qu’une ancienne respectée le réchauffe. Ce climat de contestation, ces manifestations et ces débordements n’ont pas manqué de rappeler à certains mai 68. L’automobile paya un lourd tribut lors de ces « événements ». Ironie du sort, celles qui brûlèrent ou servirent de barricade à l’époque sont celles que l’on protège aujourd’hui.

Le chaos automobile version Mai 68 (image : Paris Normandie)

L’image a fait le tour des télés : alors que les affrontements avec les forces de l’ordre s’étaient déplacés jusqu’au quartier de Saint-Augustin, une Citroën blanche garée devant le Monoprix semble sortie d’un autre temps. Dans le climat insurrectionnel qui règne alors, elle devient un symbole : loin du signe extérieur de richesse qu’elle pouvait être en mai 68, cette DS épargnée semble faire passer le message de manifestants respectueux du patrimoine automobile et de la passion de son propriétaire. Actuellement en vente, elle dort pourtant dehors depuis de long mois sans protection et sans beaucoup rouler.

Barricades automobiles Rue Gay-Lussac (image : DR)

De l’autre côté du spectre, la Porsche 911 991 S Cabriolet renversée par des manifestants tout comme la Mercedes AMG GT brûlée (entre autres) font passer un tout autre message : la foule en colère manifeste pour le pouvoir d’achat et s’en prend, notamment, à ce qui représente le pouvoir et l’argent. Le prix de ces voitures, le quartier où elles étaient garées, cette opulence provoque la foule scandant « impôts sur les riches ». Portée par la colère, celle-ci n’hésite pas longtemps et s’engage dans la destruction, faisant fi de la passion pouvant animer leurs propriétaires. Paradoxalement, c’est la question de l’automobile qui a mis le feu au poudre, en particulier la hausse du prix des carburants.

Les DS Break des radios, RTL ou Europe 1, suivant les « événements » (image : France Info)

Cette nouvelle taxe sur le pétrole, combinée à la crise du diesel (contribuant à une forte diminution de la valeur résiduelle de nombreux véhicules) ou à la nouvelle limitation de vitesse à 80 km/h, a été le déclencheur d’un mouvement qui s’est vite servi d’un attribut automobile obligatoire, le gilet jaune, comme signe de ralliement. Par la suite, s’est rajouté aux revendications à peu près tout ce qui diminue drastiquement le pouvoir d’achat et en particulier la fiscalité.

Le voitures garées dans le quartier Latin payèrent un lourd tribut en mai 68 (images : France Bleu)

En mai 68, les choses étaient en revanche très différentes. En cette période économique encore florissante (bien que des signes avant-coureurs annonçaient déjà la fin des 30 glorieuses), la révolte s’élevait contre l’autorité, le carcan de la société, le capitalisme et le consumérisme. L’automobile, de la populaire 2CV à la sportive Giulietta Sprint, de la familiale Dauphine à l’utilitaire Renault 4 fourgonnette, devenait l’objet du délit mais aussi le symbole de la société de consommation qu’une grande partie des étudiants en colère rejetait (voir à ce sujet l’excellente scène de l’Aventure c’est l’aventure ici). Accessoirement, elle représentait un élément indispensable pour dresser une barricade ou ralentir les CRS.

(image : Challenges)

Il suffit de voir les photos illustrant cet article pour comprendre combien la voiture fut au centre des affrontements dans le quartier latin : boulevard Saint-Germain, une Fiat 600 constitue l’ossature d’une barricade ; devant une brasserie du quartier latin, une Dauphine, deux deuches et une DS ont été calcinées ; près de la Sorbonne, les cadavres d’une Giulietta, d’une Dauphine et d’une R4 Fourgonnette sont encore fumantes ; devant un commissariat, un Type H de Police renversé côtoie une DS incendiée ; rue Gay-Lussac, les cadavres d’une dizaine de voitures servent de barricade improvisée. Pour immortaliser les événements, les radios Europe 1 ou RTL (des radios privées ne dépendant pas de l’état) sillonnent les rues de la capitale en DS break. Ces quelques photos ne sont qu’un tout petit aperçu de ce que fut mai 68.

(Image : AFP Photo)

Pour l’amateur, voir autant de voitures considérées aujourd’hui comme « de collection » réduites à l’état de cendre est un crève-cœur mais, à l’époque, il s’agissait simplement des voitures de tous les jours. Cependant, cela permet de remettre chaque chose dans son contexte. A l’heure des réseaux sociaux, l’information instantanée et sa viralité font de quelques exemples une généralité. Si la violence fut bien présente aux alentours de la place de l’Etoile ou vers Saint-Augustin et les grands magasins, impliquant quelques véhicules détruits, on est encore loin des barricades ayant envahi Paris en mai 68.

(image : Le Monde)

On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs, ni de révolution sans cramer de voitures. Bien entendu, on peut plaindre les propriétaires des véhicules détruits ou à l’inverse être rassuré que le patrimoine automobile soit épargné, mais il ne s’agit que de voitures, des biens matériels souvent assurés, et voués à la potentielle destruction (accident, panne importante ou tout simplement fin de vie) : un patrimoine, certes, mais qu’on ne pourra jamais sauver dans son intégralité.

La vidéo de la DS Blanche à  Saint Augustin :

Liens de l’article :

Autos similaires en vente

1970 CITROËN Sm carburateurs

61 000 €

Cette auto est mise en vente exclusivement par CarJager

Un spécialiste vous accompagne et vous apporte toutes les garanties nécessaires pour son achat

Possibilité de livraison, financement et immatriculation

1972 CITROËN Dsuper

27 000 €

Cette auto est mise en vente exclusivement par CarJager

Un spécialiste vous accompagne et vous apporte toutes les garanties nécessaires pour son achat

Possibilité de livraison, financement et immatriculation

1973 CITROËN Ds 23 Pallas

27 900 €

Cette auto est mise en vente exclusivement par CarJager

Un spécialiste vous accompagne et vous apporte toutes les garanties nécessaires pour son achat

Possibilité de livraison, financement et immatriculation

Voir toutes les annonces

Dites-nous ce que vous en pensez


Il n'y a aucun commentaire pour cet article