We are sorry


An english version of the blog will be available soon. All of our posts are currently writtent and available only in french. Would you like to visit the french page of the blog ?

Partager cet article




Peugeot 505 Turbo Injection : en attendant l'offensive 205

PAUL CLÉMENT-COLLIN - 17 juil. 2014

Au début des années 80, Peugeot, sous la houlette de Jacques Calvet à la présidence, et de Jean Todt chez Peugeot Talbot Sport, reprend du poil de la bête. Au bord de la faillite après le rachat de Chrysler Europe (Simca, Sunbeam) et la tentative de renaissance de Talbot, la marque réputée prudente et lorgnant toujours vers une clientèle sage et bourgeoise de province joue son va-tout avec la 205. Surtout, à cette occasion, Peugeot va réorienter ses modèles vers toujours plus de sport.

Avant l’arrivée officielle de la 205 et de ses dérivés sportifs GTI et Turbo 16, Peugeot commence à dépoussiérer ses modèles, y compris en haut de la gamme. S’il est trop tard pour raviver la grande 604 (lire aussi: Peugeot 604), en fin de carrière, la grosse 505 est un modèle tout à fait approprié pour inaugurer les nouvelles ambitions de Peugeot (lire aussi: Peugeot 505).

Il y avait déjà eu des tentatives de « muscler » cette grande propulsion typiquement Peugeot, avec une bien timide version GTI (130 ch) ou une version V6 dotée du V6 PRV (170 ch), mais c’est avec la 505 Turbo Injection que la marque propose enfin une vraie sportive. Son nom laisse présager des nouvelles ambitions de Peugeot, misant sur des technologies encore rares : le turbo, et l’injection.

Extérieurement, la Turbo Injection se distingue par une carrosserie bicolore, et un logo turbo à la base des montants de custode et ses jantes en alu de toute beauté. A l’intérieur, on retrouve la 505 telle qu’on la connaissait déjà, sans fantaisie, dans la grande tradition d’austérité protestante des Peugeot.

Sous le capot, c’est un 4 cylindres Simca/Chrysler de 2,2 litres qui s’installe, étudié par Porsche et gavé par un Turbo Garrett T3 afin de proposer 150 chevaux (en 1983). En 1984, la puissance passe même à 160 ch, puis à 180 ch en 1985 ! Mieux, il était possible de s’offrir un kits PTS (Peugeot Talbot Sport) étudié par Danielson faisant passer la puissance à 200 ch.

Entre 1983 et 1989, 24 681 Peugeot 505 Turbo Injection furent construites, ce qui n’est pas si mal pour une auto en fin de carrière (la 505 est apparue en 1979). Aujourd’hui, pour pas grand chose (par rapport à d’autres), vous pouvez vous offrir la dernière propulsion de Peugeot, performante et habitable. Si vous optez pour l’un des 2500 exemplaires « 150 chevaux », prévoyez un solide budget carburant, sinon optez pour la 160, voire la 180. Quand à la très rare version « 200 chevaux » kit PTS, armez-vous de patience pour en dégoter une.

Lire aussi: Peugeot 605 SV24 et Peugeot 505 Coupé et Cabriolet


 <.htmla><.htmlp>

Autos similaires en vente

64 500 km

1999 PEUGEOT 406 V6

18 800 €
64 500 km

Cette auto est mise en vente exclusivement par CarJager

Un spécialiste vous accompagne et vous apporte toutes les garanties nécessaires pour son achat

Possibilité de livraison, financement et immatriculation

178 500 km

1989 PEUGEOT 205 GTI

26 000 €
178 500 km

Cette auto est mise en vente exclusivement par CarJager

Un spécialiste vous accompagne et vous apporte toutes les garanties nécessaires pour son achat

Possibilité de livraison, financement et immatriculation

62 122 km

1983 PEUGEOT 504 cabriolet 2.0

42 000 €
62 122 km

Petite annonce d’un particulier. CarJager n’intervient pas dans la vente de cette auto

Voir toutes les annonces

Dites-nous ce que vous en pensez


Il n'y a aucun commentaire pour cet article