We are sorry


An english version of the blog will be available soon. All of our posts are currently written and available only in french. Would you like to visit the french page of the blog ?

Partager cet article




DiVolvo 122S: une suédoise sud-américaine

PAUL CLÉMENT-COLLIN - 21 janv. 2017

Ce qui est sympa avec l’automobile, c’est qu’on en apprend tous les jours, même quand on croit toucher sa bille… C’est sans doute votre cas, c’est aussi le mien. Au hasard d’une recherche sur tout autre chose, on croise le chemin d’une petite info, on déroule le fil, pour tomber sur un truc improbable. C’est ce qui m’est arrivé (une fois de plus) ce matin, donnant l’occasion d’écrire ce court article sur la première usine Volvo hors de Suède : l’usine DiVolvo d’Arica.

On peut s’étonner d’une implantation suédoise dans ce pays d’Amérique du Sud. Pourtant, l’idée n’est pas idiote. La société Distribuidora Volvo (DiVolvo) est créée en 1959 par Eduardo Averill, avec une idée simple : le pays a besoin de véhicules fiables, faciles d’entretien, solides et capables de résister aux basses températures. N’oublions pas que le Chili est un pays montagneux, traversé du Nord au Sud par la Cordillère des Andes (sans parler du Cap Horn et de ses environs, très « scandinave »). Le pays ne dispose pas d’un réseau routier entretenu, et la toute nouvelle Amazon (Série 120), lancée en 1957, répond tout à fait au cahier des charges d’Averill qui va se lancer dans l’importation des suédoises dans son pays.

Mais pour percer, il faut aussi proposer un tarif attractif. Comme beaucoup de pays d’Amérique Latine, le Chili impose de lourdes taxes douanières pour les produits finis. Averill va donc s’orienter vers une solution ambitieuse mais sans doute plus rentable : l’assemblage des 120 directement sur le sol chilien.

Les Volvo du Club Volvo Chile à Santiago, pour la visite du directeur de Volvo Heritage

C’est à Arica, dans le nord du pays, que DiVolvo va installer son usine d’assemblage. Opérationnelle à l’été 1962, l’usine va assembler essentiellement des 122S, version performante de la 121, dotée du moteur B18 à double carburateur développant 83 ch ! Les pièces sont envoyées de Suède en CKD, et assemblées sur place. La peinture des carrosseries est sous-traitée, DiVolvo ne disposant pas d’atelier de peinture. Quelques exemplaires de la PV544 seront aussi assemblés, ainsi que, dit-on une poignée de P1800 (lire aussi : Volvo P1800).

Claes Rydholme, directeur de Volvo Heritage, en visite au Chili

Ce qui est sûr en tout cas, c’est que 2956 exemplaires de la 122S seront produits au Chili, de 1962 à fin 1966. A partir de cette date, DiVolvo cessera la production pour se concentrer sur la distribution, l’affaire n’étant sans doute pas aussi rentable que prévu. Reste qu’aujourd’hui, le Chili est le marché sud-américain où la pénétration de Volvo est la plus forte, résultat d’une longue présence et de cette première implantation industrielle. Il existe d’ailleurs un club des propriétaires de Volvo très dynamique là-bas, justifiant la venue du président de Volvo Heritage, Claes Rydholme, à Santiago en 2012.

Volvo Club Chile : http://www.clubvolvochile.cl/

La visite de Claes Rydholme au Chili: Autosudados


Autos similaires en vente

1979 EXCALIBUR Phaeton Série 3

45 000 €

Cette auto est mise en vente exclusivement par CarJager

Un spécialiste vous accompagne et vous apporte toutes les garanties nécessaires pour son achat

Possibilité de livraison, financement et immatriculation

1967 MG B Roadster

24 900 €

Petite annonce d’un professionnel. CarJager n’intervient pas dans la vente de cette auto

1973 TRIUMPH Tr6

24 900 €

Petite annonce d’un professionnel. CarJager n’intervient pas dans la vente de cette auto

Voir toutes les annonces

Dites-nous ce que vous en pensez


Il n'y a aucun commentaire pour cet article