We are sorry


An english version of the blog will be available soon. All of our posts are currently written and available only in french. Would you like to visit the french page of the blog ?

Partager cet article




Lada 1500S (2103) : Amérique, nous voilà !

PAUL CLÉMENT-COLLIN - 20 août 2017

New York International Motor Show, 1973

Les filles sont chaudes, mais présentent une voiture qui vient du froid. Après avoir séduit les russes en Union Soviétique, la 2101, devenue 2102, puis 2103 s’apprête à conquérir l’Amérique. Sortie depuis peu des chaînes de Togliatti (lire aussi : L’usine de Togliatti), la VAZ 2103 s’offre une appellation plus accessible : Lada 1500. Pas con !

77 chevaux, 1500 cm3, 152 km/h de vitesse de pointe, le 0 à 100 en 17 secondes, tous ces chiffres sont impressionnants. Enfin, pas assez sans doute pour l’occidental habitué à mieux. Il faut donc des nanas en maillot de bain pour attirer le chaland. On est loin des chromes américains, et de la démesure à laquelle est habitué le fameux consommateur américain, qu’on va tenter de convaincre malgré tout : gloire à l’Union Soviétique, qui fait moins bien que tout le monde et le fait savoir à coup de nanas un poil découvertes.

Chapka sur le chef, peau de bête en cape, soutien gorge affriolant, il faut bien cela pour vanter les mérite d’une voiture qui ne sera finalement jamais vendue aux USA. Lada tentera bien, quelques années plus tard, une percée au Canada (lire aussi : Lada Signet), mais jamais au grand jamais ne se risquera à vendre ses Jigouli restylées et sur-motorisées (1500 cm3 pensez donc, c’est grand luxe) au pays des grosses bagnoles. Pour conquérir les States, on laissera les cousins Yougoslaves s’y perdre eux-même (lire aussi : Des Yugo aux USA).

A Togliatti, on y a cru… un instant. On est en pleine Guerre Froide, on a besoin de devises, et on trouvera bien des gogos survivants du McCarthisme pour acheter par conviction plus que par raison une voiture aussi séduisante, au luxe capitaliste (par rapport à la 2101 d’origine, hein, comparons ce qui est comparable), et dotée tout de même de 4 phares ronds à l’avant. Ca en jette non ?

La 1500, à laquelle on ajoute un S pour faire sportif sans doute, a deux défauts : trop luxueuse à l’Est, trop cheap à l’Ouest. Pas évident de se faire un place au soleil, sans parler de sa base technique datant des années 60. Et oui, elle dérive tout droit d’une voiture lancée en 1966, la Fiat 124. Ok en 1973, ça se voit pas trop encore, mais avec le temps (la 2103/1500 sera fabriquée jusqu’en 1984, mais aura des héritières jusqu’en 2005 avec la 2106), la clientèle, malgré un gros penchant à gauche, finira par se lasser.

Robuste, certes, carrée, aussi, mais faut pas prendre trop longtemps des vessies pour des lanternes. Acheter l’Huma sur les marchés aux militants encartés, soit, mais se taper de la Jigouli jusqu’à la fin des temps, non merci. Aux States, la direction de Lada a vite compris : le potentiel n’est pas là, les sympathisants ne sont pas là, tandis que les pauvres préfèrent s’acheter d’occase une américaine qui en jette toujours plus. En Europe Occidentale, la marque soviétique compte sur un réservoir plus important (un réservoir d’acheteur, pas d’essence), mais cette 1500 qui se veut plus luxueuse (oui) et plus performante (oui oui) n’arrive pas plus à convaincre qu’en URSS. Qu’elle est difficile la montée en gamme !

Ouf, on a, du côté de Togliatti, une idée de génie : cette 2103, on va lui donner un moteur moins performant (pas con!), histoire de faire baisser le prix. Hop, on lui greffe un vieux moteur de 1300 cm3 et 69 ch. Pas suffisant cependant pour faire de la 2103 un succès. Dès 1975, la 2106 mieux pensée et plus adaptée aux goûts de l’Ouest (ouais, du faux bois en contreplaqué, c’est chic dis donc) va la côtoyer sur les chaînes d’assemblage. L’une (la 2103), se vendra en 11 ans à 1,3 millions d’exemplaires, tandis que l’autre (la 2106), s’arrachera à 4,4 millions d’ex entre 1975 et 2005 (en 30 ans donc). Aux chiffres et aux Lettres, on disait « pas mieux » !

Cette belle aventure automobile, à défaut de nous avoir fait rêver, nous laisse une jolie collection de photographies officielles où, il faut bien le dire, on use et abuse de jolies pépées heureuses de vivre à l’Est pour espérer vendre quelques automobiles. Et rien que pour cela, je dis, merci Lada !

Et sinon, AvtoVAZ tentera d’en faire une bête de course avec Porsche… A lire: VAZ-Porsche 2103

Autos similaires en vente

1979 EXCALIBUR Phaeton Série 3

45 000 €

Cette auto est mise en vente exclusivement par CarJager

Un spécialiste vous accompagne et vous apporte toutes les garanties nécessaires pour son achat

Possibilité de livraison, financement et immatriculation

1967 MG B Roadster

24 900 €

Petite annonce d’un professionnel. CarJager n’intervient pas dans la vente de cette auto

1973 TRIUMPH Tr6

24 900 €

Petite annonce d’un professionnel. CarJager n’intervient pas dans la vente de cette auto

Voir toutes les annonces

Dites-nous ce que vous en pensez


Il n'y a aucun commentaire pour cet article